24/03/2009

Salve Mater: Sint Paulus

 

L'histoire du Salve Mater commence au début des années 1900, c'est dans ces années la, que débutent les tractations entre la famille de Spoelbergh, l'UCL et les Sœurs de la Charité de Gand, en vue de la construction ,du futur Institut Salve Mater. Les comtes de Spoelbergh ont fait don du parc à l'Université à la condition qu'elle y crée une institution psychiatrique. L'Université a cédé le terrain par bail emphytéotique aux Sœurs de la Charité de Gand qui y ont érigé une institution d'environ 800 lits.

L'inauguration eut lieu en 1926, en présence de la reine Elisabeth. Le but du Salve Mater, était de promouvoir une étude moderne de la psychologie, citation du Docteur Fernand d'Hollander, médecin chef du Salve Mater :

"Supprimer les murs d'enceinte et les barreaux de prison ; proscrire les entraves et les cabanons ; amener de l'air, de la lumière, de l'hygiène à profusion; introduire le confort et la gaieté ; percer de larges baies où l'oeil ira se reposer dans le calme apaisant de l'horizon, se distraire et se rééduquer aux phénomènes de la nature, au mouvement de la vie, procurer au malade le maximum possible de liberté et, en tout cas, le maximum d'illusion de liberté ; en un mot, enlever à l'ancien asile son caractère coercitif dans le but thérapeutique de garder le malade psychopathe le plus largement possible en contact avec la vie réelle, tels sont les principaux desiderata que doit remplir une assistance psychiatrique moderne."

Au début, la Clinique était uniquement réservée à des patientes de sexe féminin, elle se présentait comme un vaste complexe de bâtiments de style classique dont la rigidité était atténuée par des plates-bandes fleuries et les hautes futaies de hêtres centenaires jalonnant un parc de plusieurs dizaines d'hectares.

Dans un premier temps, le Salve Mater est dirigé successivement par deux médecins en chef : Fernand d'Hollander (1926 - 1952) et Charles Rouvroy (1952 - 1967). Au décès du Docteur Ch. Rouvroy, l'Institut deviendra bilingue. Les pavillons francophones seront dirigés par le Pr Pierre Guilmot (1967 - 1974),et les néerlandophones par le Docteur Gerard Buyse (1967 - 1989).

L'institut du Salve Mater (ISM), fut l'un des premiers a utiliser les neuroleptiques des 1952, ce qui eu pour effet immédiat de maîtriser les crises d'agitation ou d'agressivité, réduire les moyens de contention et les dizaines de malades chroniques, dont le délire durait depuis dix voir vingt ans, purent enfin quitter une première fois l'ISM, d'abord pour une période à l'essai, ensuite définitivement.

En 1958, autre grande date du ISM, les médecins chef décidèrent d'arrêter, les électrochocs, comme traitement, en furent les premiers en Europe a employer le Tofranil (médicament antidépresseur).

Début des années 1970, toute la partie psychiatrique du ISM fut transférée a la clinique universitaire de Woluwé-St-Lambert, et les bâtiments cédées a l'université Catholique de Louvain, qui laissa quelques bâtiment a l'abandon, et occupe certains autre, comme bâtiments administratif.

Le site tout entier du Salve Mater, est vouée a être transformé en un complexe de bureau-hôtel-logement, d'ici peu.

 

Pour cette visite, je vais faire 2 parties, la première, plus classique, les photos des bâtiments visité, et pour la deuxième, j'ai trouvé dans le grenier d'un bâtiment, une série de lettre, écrites entre 1970 et 1974, par une maman, a sa fille qui était internée au ISM, dans une des lettres, la mère parle d'un Docteur « Guilmau », après quelques recherche, il apparaît qu'elle parlait, en fait, du Docteur Pierre Guilmot(1923-1990), médecin en chef du Salve Mater, de 1967 a 1974, date a la quelle les francophones on quittés le Salve Mater.

 Partie 1: Le Sint Paulus

ism

ism (1)

ism (2)

ism (3)

ism (4)

ism (5)

ism (6)

ism (7)

ism (8)

ism (9)

ism (10)

ism (11)

ism (12)

ism (13)

ism (14)

ism (15)

ism (16)

ism (17)

ism (18)

ism (19)

ism (20)

ism (21)

ism (22)

ism (23)

ism (24)

ism (25)

ism (26)

ism (27)

ism (28)

ism (29)

ism (30)

ism (31)

Partie 2: Voici des photos des lettres ecrite par une mere, a sa fille "Susy",

internée au Salve Mater, entre les années 1970 et 1974

ism (32)

ism (33)

ism (34)

Une photo de Suzy, et de l'une des soeurs du Salve Mater

ism (35)

Et voici une photo du Docteur Pierre Guilmot (ecris Guilmau dans la lettre), medecin de Suzy en 1972, et medecin chef du Salve Mater de 1967 a 1974

ism (36)

Et voic deux autres photos trouvée au milieu des lettres de Suzy

ism (37)

ism (38)